CCV parle des start-up et des jeunes entreprises, des changements et des moteurs qui animeront les entreprises dans le futur et des rôles de leader et de suiveur

Medienmitteilung

Les jeunes entreprises font plus que jamais partie du paysage de l’entrepreneuriat suisse. Mais quels sont les facteurs clés de succès des start-up et des jeunes entreprises, et en quoi se distinguent-ils les uns des autres? Les entreprises actuelles doivent-elles se réinventer afin de répondre à l’évolution constante des besoins du monde numérique, et quels sont en cela les facteurs à prendre en compte? Sur le chemin de la transformation numérique, leaders et suiveurs se pressent. Qu’est-ce qu’un leader type? S’agit-il uniquement de jeunes gens, les fameux digital natives, qui alimentent la transformation, ou existe-il également des entrepreneurs plus âgés à même d’endosser un rôle de leader dans ce domaine? Dans le cadre du Zurich Film Festival, CCV Suisse a réuni plusieurs acteurs des milieux économiques et sociaux autour de tables rondes particulièrement instructives.

Sans risques, pas d’entreprise

En 2017, le registre du commerce suisse a immatriculé plus de 40 000 nouvelles entreprises: un record. Un chiffre qui s’explique par l’action en faveur des entreprises menée en amont pendant les périodes de formation et d’études, mais également par l’influence exercée aujourd’hui par les médias, ainsi que par les émissions et les reportages consacrés à l’entrepreneuriat chez les jeunes. On s’aperçoit que les Suisses sont toujours prêts à prendre le risque de fonder une entreprise et, par extension, d’être confrontés à l’échec le cas échéant. Sans risques, il n’y a pas d’entreprise; mais si on échoue, alors les conséquences que cela implique doivent être connues.

La réussite d’une jeune entreprise dépend également de son environnement et de sa collaboration avec les autres jeunes entreprises. Le fait que souvent, les grandes entreprises ne peuvent pas proposer de produits adaptés aux jeunes entrepreneurs ne représente plus désormais un obstacle au succès de ces derniers lorsque ceux-ci s’entraident efficacement. En effet, celui qui a trouvé sa vocation s’estime heureux et il est donc beaucoup plus enclin à aider les autres à trouver la leur, c’est une évidence. Car qui a-t-il de plus beau que de faire un métier de sa passion et de réussir?

Un bon leader connaît aussi l’importance du suiveur

Les rôles de leader et de suiveur sont moins évidents que ce que l’on pense généralement. Les entrepreneurs sont aux avant-postes et font avancer leurs idées et leurs projets. Les leaders recherchent le soutien de suiveurs intelligents et doués, qui n’auront de cesse de mener leurs initiatives à bien. Mais un entrepreneuriat réussi est aujourd’hui plus que jamais un habile mélange des rôles. On exige l’excellence, que seule une équipe expérimentée et flexible peut offrir. Pour les entrepreneurs, cela signifie faire montre à la fois de qualités de leader et de suiveur, quitte parfois à être son propre suiveur. Ce n’est que comme ça qu’il est possible de porter un regard neuf sur son activité. Pour ce faire, il faut des leaders capables de se remettre toujours en question. Cela signifie également savoir affronter les situations délicates, ne pas se cacher et élaborer des solutions en équipe.

Les suiveurs de la génération Y aspirent à un autre type de leadership: ils veulent avant tout être intégrés et compris. Ils mettent alors beaucoup plus de cœur à l’ouvrage, ce qui ne peut que profiter à l’entreprise au final. On parle ici de personnes qualifiées et ambitieuses, capables de jouer un rôle de leader sans toutefois saper l’autorité de ce dernier.

Il faut instaurer une culture qui permette l’innovation

Les transformations et les changements sont souvent imposés par des facteurs externes. Les échecs, les nouvelles tendances et les avancées incitent les entreprises à revoir leurs produits ou, dans le pire des cas, à repenser entièrement l’intégralité de leur stratégie commerciale. L’ère de la numérisation est et restera dans un futur proche l’un des plus grands facteurs encourageant l’innovation et le développement de modèles économiques. Mais il convient pour cela d’instaurer une culture qui permette l’innovation. Comme la «culture de l’échec», qui est encore loin d’être répandue chez nous, en Europe. Il en va tout autrement aux Etats-Unis et en Chine. «Let’s try», et si ça ne marche pas, alors on essaie une deuxième fois, puis une troisième fois. La commercialisation rapide de leurs innovations: tel est le talon d’Achille des représentants de l’«Ancien Monde». Un domaine en revanche dans lequel les Etats-Unis et la Chine excellent.

L’autre défi à relever est celui de la «war for talents». Pour la génération Y hautement qualifiée, un job à 70% suffit car cela permet à la fois de vivre correctement et de bénéficier de suffisamment de temps libre pour des activités personnelles. Pour certaines entreprises, cette situation est souvent peu satisfaisante. Pour finir, de l’accord général, les idées innovantes doivent être encouragées dès l’école. Combiner une certaine liberté, des temps de pause et des idées est indispensable au renouveau.


CCV – le prestataire dans le domaine prometteur des solutions d’infrastructures de paiement électroniques pour les PME

CCV propose aux entreprises – du commerce de détail aux chaînes hôtelières internationales – des produits et des solutions leur permettant d’élargir leur point de vente. Le développement et la maintenance de différentes infrastructures de paiement sont au cœur de notre activité, aussi bien pour le commerce permanent que le commerce mobile, pour l’e-commerce et le m-commerce, ainsi que dans le domaine du self check-out . Nous travaillons en collaboration avec nos partenaires, les fabricants de terminaux et de caisses ainsi que les banques, sur les nouvelles technologies afin de réduire continuellement leur complexité. En portant un regard global sur les intérêts de nos clients et de leurs clients, nous œuvrons à une expérience d’achat optimale.

CCV Group coordonne les filiales nationales aux Pays-Bas, en Allemagne, en Belgique et en Suisse, avec près de 1100 collaborateurs répartis sur 11 sites. 


Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter:

CCV Suisse SA
Feldeggstrasse 5
8152 Glattbrugg
www.ccv.ch

Hansruedi Nef
Contact Médias
T. 058 220 61 03
E. media@ch.ccv.eu