Qui ne se bouge pas finit par rouiller

Blog_CustomerStory_Balboa

De nos jours, pour se démarquer, il ne faut pas hésiter à explorer de nouvelles voies et à se réinventer en permanence. L’histoire de Balboa, une salle de sport d’un genre nouveau, nous le montre bien. Nous avons rencontré son fondateur Erich Züger et son équipe, qui nous ont expliqué comment ils gardent la forme et permettent aux clients de Balboa d’en faire autant.

Qu’est-ce qui distingue Balboa des centres de fitness ou salles de gym traditionnelles ?

En arrivant chez nous, vous chercherez en vain les appareils de musculation que l’on trouve habituellement dans les centres de fitness. De même, si vous souhaitiez faire du rameur, vous risquez d’être déçus. Balboa est davantage un lieu de rencontres, où l’on s’entraîne avec un coach, seul ou en groupe.

Les salles rappellent un peu celles de CrossFit, est-ce voulu ?

Oui, il y a certaines ressemblances, on ne peut pas le nier. Balboa a vu le jour il y a quatre ans dans un ancien garage aux équipements presque archaïques. Il n’y a pas besoin de grand-chose pour s’entraîner efficacement. Depuis, les choses ont un peu changé. Nous avons ouvert de nouveaux sites et nous avons déménagé. Notre développement a été très rapide.

Aujourd’hui, nous employons 26 coaches et proposons un vaste choix de cours : training intensif, boxe, kung-fu ou encore yoga, exercices de souplesse ou entraînements de danse. Nous souhaitons proposer des expériences accessibles à une large clientèle, quel que soit son niveau de fitness ou son âge.

Que faites-vous de plus pour vous démarquer des salles de fitness traditionnelles ?

Nous adoptons une approche non conventionnelle et osons sortir des sentiers battus.  Par exemple, nous mélangeons volontiers sport et culture. Nous avons déjà organisé une séance de lecture avec l’auteure Vera Buck et une soirée cinéma exclusive aura bientôt lieu, avec la projection d’un film qui n’est pas en lien avec le sport. Nous avons également organisé des séances d’entrainement musical, parcouru la ville en courant durant ArtBasel et nous nous sommes même adonnés à la guérilla marketing dans la rue.

Dans nos vestiaires, nous proposons à nos clients des produits de soin Soeder signés Balboa. Avec Roots, qui s’est établi sous notre toit, nous partageons le plaisir de la nourriture saine et surtout délicieuse, ainsi que le goût du bon café.

La liste est encore longue. J’espère que chacun peut voir que nous essayons toujours de faire le lien avec des sujets qui sont parfois très éloignés mais inspirants.

Oui, vous allez bientôt être à l’étroit. Pour terminer, à quoi ressemble l’entraînement parfait, selon toi ?

L’entraînement parfait doit faire plaisir. Si le corps ne produit pas d’endorphine, la motivation se perdra et l’entrainement deviendra une corvée. Il ne faut pas être focalisé uniquement par l’objectif ou le résultat, mais par ce qu’on fait pour y arriver. « Le chemin que l’on prend est plus important que la destination finale »

Au final, ce sont la diversité et l’esprit de nos coaches qui font de chaque entrainement une expérience unique et qui donnent vie à Balboa.

Erich Züger_Balboa

Erich Züger, Balboa

"Un grand nombre de nos visiteurs ont un abonnement en cours. Ils peuvent s’inscrire aux cours via l’appli. Pour nous, il est important que le paiement d’un abonnement ou d’un cours soit rapide et simple. Nous avons ainsi plus de temps à consacrer à notre clientèle. Notre solution avait atteint ses limites. Nous souhaitions accepter un maximum de cartes et de systèmes de paiement, et ce à moindre coût. Les appareils et services de CCV étaient donc parfaits."