CCV: un esprit pionnier depuis 30 ans

De nos jours, le paiement par carte bancaire est une évidence. Pourtant, il y a 30 ans à peine, le terminal de paiement relevait véritablement de la science-fiction. CCV Suisse revient sur le boom des cartes bancaires qu’elle a accompagné depuis le début.

 

Autrefois, régler ses achats par carte en Suisse était vraiment considéré comme quelque chose d’atypique. En effet, en 1990, seules 6,4% des transactions étaient effectuées par carte de crédit ou de débit.1 Et pour cause, ce processus de paiement était complexe et nécessitait une impression manuelle de facturettes en deux exemplaires sur lesquelles étaient reportées les données de la carte et du paiement. Vous souvenez-vous du bruit que faisait ce fameux «sabot»? Grâce à l’introduction de la piste magnétique dans les années 1970, il était déjà possible d’effectuer des paiements électroniques grâce à un lecteur de cartes. Pourtant, il aura fallu attendre juin 1988, soit 10 longues années, pour que le terminal de paiement électronique fasse son apparition en Suisse.

 

Le pionnier suisse du terminal de paiement était un restaurateur

Roger Fillistorf, gérant du Buffet de la Gare à Céligny, près de Genève, fut le premier à mettre en service un terminal de paiement en Suisse romande. Véritablement conquis par son nouvel appareil, il a alors un objectif: convaincre ses compatriotes. L’entreprise Jeronimo SA qu’il fonde alors en 1990 est aux avant-postes de cette évolution et commercialise l’un des tout premiers terminaux de paiement. Le légendaire C-ZAM 2000 pouvait lire presque toutes les cartes, disposait d’une imprimante thermique intégrée et s’est imposé des années durant comme l’un des terminaux les plus appréciés en Suisse. Petite entreprise familiale, Jeronimo SA évolue avec son temps. En 1994, elle compte déjà cinq collaborateurs. Deux ans plus tard, la société doit doubler la surface de ses bureaux sur son nouveau site de Bogis-Bossey, dans le canton de Vaud.

 

L’avènement du numérique

Grâce au lancement d’Internet, le monde est véritablement propulsé dans une ère numérique. Une fois de plus, Jeronimo SA sait reconnaître cette opportunité et lance en 1996 l’un des cent premiers sites Internet en Suisse. Pour information, on compte aujourd’hui 2,3 millions de sites «.ch» dans tout le pays! La société continue sur sa lancée et présente en 1999 le P 2000, le premier terminal de paiement mobile en Suisse qui restera numéro 1 de sa catégorie pendant de nombreuses années. Entre-temps, le marché a pris une ampleur considérable: on compte désormais de nombreux utilisateurs, mais aussi de nouveaux prestataires en Suisse et bien évidemment à l’étranger. C’est le cas de l’entreprise familiale néerlandaise CCV qui ouvre en 2001 une succursale à Glattbrugg sous le nom de CCV Cardpay AG.

 

La naissance d’une entreprise axée sur l’ensemble du marché suisse

Forte de son succès en Suisse romande, Jeronimo SA voit une opportunité intéressante dans le rapprochement avec un partenaire en Suisse alémanique tandis que CCV se tourne vers la Suisse romande. De leurs volontés communes naît une alliance idéale. En 2003, CCV acquiert une part majoritaire de Jeronimo SA et cette dernière rachète à son tour CCV-Cardpay AG à Glattbrugg. Une entreprise de niveau national voit le jour et s’étend déjà un an plus tard grâce à la création d’une succursales à Manno, au Tessin. Les forces conjuguées de ces deux entités en font le numéro 2 sur le marché suisse. Le développement se poursuit avec l’entrée en 2006 de CCV-Jeronimo dans l’e-commerce. Puis, quelque temps après, le premier terminal multimédia à écran tactile en Suisse ainsi que le premier terminal de paiement sans contact sont lancés.

En 2008, CCV-Jeronimo lance une carte cadeau et devient une filiale de CCV à 100%.  CCV-Cardpay et CCV-Jeronimo deviennent une seule et même entité sous le nom de CCV Suisse SA.  Trois ans plus tard, CCV Suisse SA rachète PaySys AG et intègre le domaine d’activité de cette dernière. Aujourd’hui, CCV Suisse est le numéro 1 des fournisseurs indépendants d’acquéreurs.

 

CCV garde le cap sur le futur

Aujourd’hui, CCV compte plus de 500 000 terminaux de paiement installés dans toute l’Europe, dont près de 40 000 en Suisse. Forte de cette réussite, l’entreprise continue sur la voie de l’innovation et entend rester l’un des pionniers dans le domaine des transactions électroniques. Par ailleurs, plus de 80 spécialistes développent des logiciels afin de répondre aux besoins spécifiques des différents marchés dans le monde.  La proximité avec les clients est tout aussi importante. Voilà pourquoi une équipe composée de plus de trente techniciens et conseillers clientèle est à l’écoute des moindres souhaits de nos clients.

 

Die Volkswirtschaft», 25 juillet 2017